vendredi 22 décembre 2017

Massothérapeute et pourboires

Pour commencer, un métier à pourboire, c’est un métier dont le salaire de base est sous la barre du salaire minimum. Exemple : les serveurs et les serveuses. De plus, le pourboire doit être égal aux taxes – ou être plus élevé, car c’est le montant qui doit être déclaré comme revenus dans le rapport d’impôts. C’est pourquoi la majorité des restaurateurs incluent le pourboire dans la facture.

La massothérapie est loin, très loin d’être un métier à pourboire. Un massothérapeute qui travaille dans un spa ou une clinique reçoit entre 20 $ et 40 $ pour un massage d’une heure. En moyenne, c’est 25 $. S’il travaille dans sa propre clinique ou chez lui, il a 100 % des profits. Donc, quel que soit son lieu de travail, il est plutôt bien payé.

Malheureusement, beaucoup de massothérapeutes et de spa incitent les gens à donner du pourboire. Ils laissent même entendre que c’est une obligation. Or, ce n’est pas le cas. Méfiez-vous des enveloppes à pourboires et des options « pourboires » sur les appareils de paiements électroniques.


Certes, les thérapeutes apprécient les pourboires. Cela démontre généralement le niveau de satisfaction du client. Mais, ce geste reste à la discrétion de ces derniers. Et, franchement, le massothérapeute préfère de loin les clientes et les clients qui reviennent le voir et qui lui envoient beaucoup de nouvelles personnes.

Connaître nos services : www.latelierjml.com
lire d'autres articles : www.aupignon.com


Bien des aventures depuis le mois de février dernier

Nous n’avons rien publié sur le blog ni sur le site d’Au/Pignon depuis février. Nous étions pourtant très actifs. Voici un résumé de ce qu...