mercredi 24 janvier 2018

Le français de France est-il mieux que je français québécois?

Non… et oui.

Non, parce que tous les régionalismes sont acceptés comme niveau de langue et sont considérés à part entière par les instances qui étudient et qui régissent la langue française. Cela inclut le québécois.

Oui, justement parce qu’il existe plusieurs variantes du français, les langagiers (spécialistes de la langue) ont dû s’entendre sur une variante en particulier pour l’utiliser comme étalon aux normes et aux règles de grammaire. Historiquement, la variante étalon est le français de la région de Paris. C’est sur ce français que toutes les bases des règles grammaticales sont fondées.

Aujourd’hui, les langagiers étudient et considèrent les variantes d’un œil très différent de celui de leurs prédécesseurs des siècles passés. Des termes régionaux sont maintenant tout à fait acceptables dans les écrits de la région visée, mais sont à proscrire dans une zone différente. D’ailleurs, les dictionnaires, comme Le Petit Robert, précisent de plus en plus si les entrées sont de niveau populaire à « tel endroit », alors qu’elles sont standards à « tel autre endroit ».


On a souvent l’impression que la grammaire et les autres règles qui régissent la langue française sont immuables, comme si elles étaient coulées dans le béton. Mais, la langue évolue, le vocabulaire aussi, la grammaire également. Quoiqu’il en soit, les bases que nous ont léguées les langagiers d’autrefois constituent toujours la ligne de référence actuelle.

Connaître mes services : www.latelierjml.com
lire d'autres articles : www.aupignon.com




Intérêt public et intérêt du public

En journalisme, il y a une grande marge entre l’intérêt public et l’intérêt du public. Intérêt public = Ce sont les informations qui d...